Les dernières chroniques

Mes dernières chroniques

mardi 10 mars 2015

"Il pleuvait des oiseaux" de Jocelyne Saucier


Fiche technique :
Editions : Folio
Prix : 7 euros
Nombre de pages : 215

Synopsis :


Trois octogénaires épris de liberté vivent selon leur propre loi en forêt profonde dans le nord de l'Ontario. Non loin de là, deux hommes, l'un gardien d'un hôtel fantôme et l'autre planteur de marijuana, veillent sur l'ermitage des vieillards. Leur vie d'hommes livres et solitaires sera perturbée par l'arrivée de deux femmes. D'abord une photographe en quête du dernier survivant des grands feux qui ont ravagé la région au début du XXème siècle. Puis une deuxième visiteuse, très vieille celle-là, Marie-Desneige, un être aérien et lumineux qui détient le secret des amours impossibles. La vie ne sera plus la même à l'ermitage.


Mon avis :

Merci aux éditions Folio pour m'avoir envoyé ce livre. 

Il pleuvait des oiseaux raconte l'histoire de sept personnages. Il y a tout d'abord Charlie, Tom et Boychuck, trois octogénaires qui ont décidé de finir leur vie loin de la société, vivant dans une cabane située dans une forêt canadienne. Ce sont en quelque sorte les piliers de l'histoires et sur d'eux que tout repose. Viennent ensuite Steve, qui a une cinquantaine d'années, et Bruno, plus jeune mais dont l'âge exact n'est pas mentionné. Ils profitent de la cabane isolée pour y cultiver de la marijuana. Ils sont des électrons libres, viennent et partent à leur guise. Et, finalement, il y a la photographe au nom inconnu et Marie-Desneige qui viennent bouleverser la vie des vieillards. Tous sont très différents, mais s'apprécient et arrivent à vivre ensemble en harmonie.


Le passé et le présent s'entrelacent, nous exposant notamment l'histoire de Boychuck, l'un des survivants de la catastrophe des grands feux, période durant laquelle les forêts brulaient de telle façon qu'il en pleuvait des oiseaux. En y repensant, il n'y a pas vraiment d'histoire à proprement parler, il s'agit davantage de mettre en avant les liens entre les différents personnages et de leur perception de la vie et de la mort. Car la mort, dont Charlie et Tom parlent avec tant de facilité, n'est jamais bien loin et rôde en attendant son heure.

J'ai eu de la peine à entrer dans l'histoire; il m'a fallu presque la moitié du livre avant que je ne me laisse prendre par la plume de l'auteur et c'est la raison pour laquelle mon ressenti final est un peu mitigé. Cependant, dès l'arrivée de Marie-Desneige, tout change et cette seconde partie m'a énormément plu. La fin est à la fois terrible et poétique, et même les trois dernières pages auront su me surprendre.

En conclusion : Un début trop lent à mon goût, mais une très bonne deuxième partie qui m'aura séduite.



1 commentaire:

  1. Il a l'air vraiment bien ! Mais ce début lent me fait un peu peur ...

    RépondreSupprimer