Les dernières chroniques

Mes dernières chroniques

samedi 3 août 2013

Interview de Nicolas Didier Barriac


Fin mai, je vous parlais de "Malakas...", le premier roman de Nicolas Didier Barriac. J'avais beaucoup aimé cette lecture : l'histoire d'amour de Louis et Lena, la jolie écriture de l'auteur ainsi que le décor de l'île de Corfou m'avaient plu.

Aujourd'hui, je vous retrouve pour partager avec vous les réponses aux questions que je lui ai posées suite à ma lecture de "Malakas...". Je remercie donc Nicolas Didier Barriac pour cette interview et pour sa disponibilité !


Les personnages de Malakas... ont-ils été inspirés de personnes réelles ?

Difficile d’inventer des personnages de toutes pièces. Tous se nourrissent plus ou moins de personnes que j’ai rencontrées ce serait-ce que brièvement. Certains sont des mélanges, d’autres sont proches de la réalité, d’autres sont majoritairement inventés, etc. En tout cas, j’ai essayé de les façonner pour qu’ils aient tous des personnalités assez distinctes, réalistes et qui provoquent des réactions de la part des lecteurs. Mais plus globalement que des personnages précis, c'est un sentiment général que j'avais envie de partager avec les lecteurs.

La musique est souvent abordée dans Malakas... Comment définiriez-vous son rôle ? A-t-elle un but précis ?

La musique est un personnage de second plan. Elle est présente presque tout le temps et se manifeste de temps à autre. Le narrateur a une sensibilité musicale forte même s’il n’explique jamais son origine. Son meilleur ami est musicien. Il pense souvent à des morceaux de musique dans certaines situations qu’il juge désespérées. C’est une idée qui me plait car on peut trouver un vrai refuge dans une musique appropriée aux sensations du moment. Il y a un pouvoir guérisseur dans la musique…

Pourquoi avoir choisi l'île de Corfou comme décor ? Y a-t-il une raison particulière ?

J’étais en vacances à Corfou durant l’été 2007 où les feux de forêt ont ravagé le pays. Même si sur l’île nous n’avons pas été directement affectés, il y avait là un décor dramatique unique. Je cherchais depuis longtemps un sujet pour écrire un roman. Là tout s’est mis en place de la manière la plus naturelle. Et puis dans un pays qui a connu autant de mythes et de tragédie, je trouvais adéquat de faire vivre sa propre tragédie au narrateur Louis, un personnage diamétralement opposé aux héros grecs !

Quel est votre personnage préféré dans Malakas... ? Et, au contraire, celui que vous aimez le moins ?

J’apprécie particulièrement Jonathan. Il est un heureux accident. Avant d’écrire le roman, j’avais tout planifié et toutes les grandes articulations de l’histoire étaient pensées. Sauf Jonathan et Delphine. Ils sont arrivés par hasard et je les ai sans doute construits avec un peu plus de liberté que dans mon canevas imposé. On me demande parfois s’il y aura une suite à Malakas… Je ne pense pas mais j’aimerais bien retrouver Jonathan dans sa propre histoire. Le personnage que j’aime le moins est sans doute celui avec lequel on passe le moins de temps : Olivier. Mais c’est davantage ce qu’il représente que je n’aime pas plutôt que le personnage en lui-même !

Comment décririez-vous votre livre ? En l'écrivant, visiez-vous un public en particulier (tranche d'âge par exemple) ?

Pas vraiment. Il me semble que l’écriture doit avant tout être une démarche personnelle visant à satisfaire l’auteur. Après, si un public manifeste un enthousiasme vis-à-vis de son écrit, tant mieux pour lui. Mais je ne crois pas, ou très peu, en l’exercice formaté qui cherche à accomplir un but différent de celui que souhaiterait poursuivre naturellement un écrivain, sans aucune contrainte. La seule contrainte que je me suis imposée sur Malakas… est d’écrire quelque chose qui me plaise en tant que lecteur avec, comme dans un bon film, une large part laissée à l’interprétation. Tout ce qui s’inscrit dans des modes ne me plait que rarement… Les films ou la musique sont également pleins d’exemples qui vont dans ce sens.

Chaque chapitre est précédé de passages en italique, racontant l'histoire de Christos. Pourriez-vous me parler de ce choix de structure ?

Je parlais à l’instant d’interprétation… C’est exactement cela. L’histoire de Christos est déconnectée du récit principal mais, à mon sens, pas dans les sensations. A chaque lecteur d’y voir ce qu’il souhaite. J’ai ma propre interprétation mais je préfère la garder pour moi car il n’y a pas « une bonne réponse » (rires). De plus, certains lecteurs m’ont déjà fait des retours sur ce point que je trouve formidables !

Une question plus personnelle à présent : quels sont vos genres littéraires préférés ?

J’aime les livres qui traversent les âges. Je relisais récemment La Curée de Zola : on croirait presque qu’il nous décrit la crise des subprimes ! Les auteurs classiques ont une justesse d’expression et une faculté à dépeindre les situations et les sentiments qui me laissent sans voix. Ca fait très cliché de dire cela mais je ne pourrai jamais me lasser de lire et relire Flaubert, Maupassant, Hugo, Balzac, Verne, etc. Mais aussi Zweig, Albert Cohen, Moravia et Camus pour le 20ème. Pour des romans plus récents, j’ai un penchant pour des auteurs anglais comme David Lodge ou Nick Hornby qui dosent savamment l’humour dans leurs intrigues ou la noirceur de Hubert Selby Jr.

Malakas... est votre premier roman. Qu'avez-vous penser de cette expérience ? Souhaitez-vous continuer dans ce domaine ?

Le livre est sorti il y a trois mois. C’est sans doute un peu tôt pour tirer des conclusions. J’ai adoré l’écriture ainsi que la liberté totale que permet l’autoédition. Donc forcément il y aura des suites. Je travaille sur des nouvelles actuellement mais aussi sur le tout début d’un autre roman. En attendant, j’espère que la curiosité vous poussera à découvrir Malakas… au détour d'un rayon virtuel sur Amazon !



Les photos de cet article proviennent toutes du site officiel de l'auteur

8 commentaires:

  1. Tu m'avais fait ajouter ce livre dans ma WL avec ta chronique, et ça se confirme !
    Merci à vous deux pour cet article bien sympa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ce commentaire ! Si tu le lis un jour, j'espère qu'il te plaira comme il m'a plu :)

      Supprimer
  2. Une interview très intéressante...
    J'irai lire ton avis sur Malakas, du coup =)

    RépondreSupprimer
  3. Une interview très intéressante, merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ça fait plaisir, j'avais peur que mes questions ne soient pas très intéressantes justement ^^

      Supprimer
  4. C'est chouette de lire ce genre d'interview ! Je n'ai pas lu Malakas mais ça me donne envie de le découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si ça te donne envie de le découvrir :D

      Supprimer